Danger sanitaire et écologique : qu’y a-t-il vraiment dans les lessives vendues dans le commerce ? Ma solution : la lessive maison 100% naturelle

Des vêtements propres ou des allergies ? A vous de choisir ! En effet, un très grand nombre de lessives vendues dans le commerce aujourd’hui sont fabriquées avec des substances chimiques nocives pour la santé et pour la nature. Dans son dernier numéro de février 2018, l’association 60 millions de consommateurs a publié une étude dans laquelle elle analyse l’efficacité et la composition de différentes lessives liquides et en capsule. Pas moins de 25 références de marques ont été passées au crible et plus de 203 substances chimiques nocives ont finalement été détectées.

« Hypoallergénique », « pour bébé », « peaux sensibles »… Et notre santé alors ?

Cela peut paraître incroyable, mais même les lessives supposément « écolos » ou avec une jolie plante sur la bouteille sont souvent loin d’être naturelles… et même les produits censées être « hypoallergéniques » ou « pour peaux sensibles », « dermatologiquement testés » etc peuvent contenir des substances irritantes.

Comme le rappelle le site Tech Ozone, les lessives achetées dans le commerce contiennent :
• des tensioactifs  : ce sont des agents de lavage. On trouve souvent du sodium laureth, du sulfate, des dérivés de l’huile de coco et de l’huile de palme…
• des agents dits “complexants”, destinés à piéger le calcium pour améliorer l’efficacité des tensioactifs
• des produits séquestrants, appelés aussi agents antiredéposition, qui empêchent les salissures piégées par les tensioactifs de se redéposer sur le linge.
• des enzymes, qui dégradent les molécules organiques.
• des agents de blanchiment, qui oxydent les molécules
• des azurants optiques, qui absorbent les rayons UV et réémettent de la lumière bleutée, de sorte que le linge paraît plus lumineux et plus blanc ;
• des conservateurs ;
• du parfum ; la lessive qui « sent bon le frais »  dont certains composés contiennent des allergènes avérés
• des colorants (qui ne servent à rien)
• du ballast (pour les lessives en poudre) matériau granulaire de remplissage qui facilite la manipulation des poudres ;
• de l’eau (pour les lessives liquides) ainsi que des produits chimiques artificiels qui agissent sur l’aspect du produit (ex: viscosant, opacifiant, antimousse…)

Au final, le savon ne constitue plus aujourd’hui que 20 % de la lessive ! Et le plus fou, c’est qu’après les tests menés par 60 millions de consommateurs, aucune bonne n’a été attribué en ce qui concerne le lavage des taches grasses (au mieux, les lessives sont jugées “Acceptable” (douze références), et huit références ont des résultats insuffisants.) Avec tous ces produits chimiques, on aurait pu penser que ces lessives seraient au moins efficaces !

Les parfums

La présence de parfums classés comme allergènes par la réglementation européenne doit être mentionnée dans la composition de la lessive, sur l’étiquette, au dos. Le problème avec cela, c’est qu’ils ne sont mentionnés que lorsqu’ils entrent dans la composition à plus de 100 mg/kg. C’est une obligation d’étiquetage louable pour le consommateur, sauf que si certains commencent à avoir le réflexe de regarder les étiquettes de leurs produits alimentaires, ce n’est pas le cas pour les produits ménagers ! De plus, cette mention ne constitue en aucun cas une garantie absolue pour les personnes sensibles ou allergiques puisque le seuil correspondant au déclenchement d’une réaction allergique varie d’un allergène à l’autre.

On notera qu’il existe des lessives sans parfum, mais qu’elles sont minoritaires sur le marché. Ce qui est affolant, c’est que le parfum ne contribue en rien au bon lavage de nos affaires, il s’agit simplement d’un argument de vente : « mes habits sentent bon en utilisant cette lessive » -> « ça sent le propre, le frais ! » -> « je vais en racheter ». Pourtant, après avoir abandonné les lessives du commerce, je peux vous promettre que maintenant les odeurs des grandes marques m’apparaissent comme vraiment synthétiques et pas du tout comme du linge frais…

Les conservateurs

Une autre joyeuseté que contiennent les lessives du commerce : des conservateurs, comme la MIT (méthylisothiazolinone) et le mélange MIT et CMIT (méthylchloroisothiazolinone) qui sont extrêmement allergisants et peuvent déclencher des eczémas ! La MIT est notamment présente dans certaines lingettes pour bébés ou produits vaisselles... Et bien que son usage ait été régulé, il n’en est pour le moins toujours pas interdit.

Notez qu’en général les lessives en poudre et en capsules ne contiennent pas de conservateurs ; ils sont en revanche très présents dans les lessives liquides.

Quelles conséquences pour l’environnement ?

Les produits toxiques que contiennent les lessives ne disparaissent pas après un cycle. En plus de ce qui finit sur notre linge et notre peau, les eaux de lavages se retrouvent chargées en détergents et solvants ce qui les rend toxiques pour l’environnement. Elles fragilisent les milieux aquatiques, pénètrent jusqu’aux nappes phréatiques, perturbent l’équilibre de la flore et la faune en polluent l’environnement…

Un écolabel européen trop peu exigeant

Selon cette étude de 60 millions de consommateurs, trois références (Monoprix, Rainett, U) affichent l’écolabel européen, qui exige des efforts du point de vue environnemental. Le problème est que le cahier des charges ne garantit pas l’absence de certains composants problématiques. Pour preuve, seule Rainett ne contient aucune substance toxique pour l’environnement. 

En effet, certaines contiennent des ingrédients dont la toxicité est considérée comme élevée ou très élevée par le Programme des Nations unies pour l’environnement, comme le colorant bleu patenté V (présent dans la lessive U qui bénéficie pourtant de l’écolabel européen) tout comme certains produits Monoprix avec écolabel européen contient du methylisothiazolinone et du benzisothiazolinone, très toxique pour les organismes aquatiques.

Si vous devez choisir, voici les lessives à privilégier :

  • Rainett
  • Ecoidées
  • Etamine
  • Arcyvert

Faire sa lessive soi-même

Fabriquer sa lessive écologique peut paraître extrême ou compliqué à première vue pourtant il n’y a rien de plus simple, et c’est également économique et naturel.

Les ingrédients de base

Le savon de Marseille : le vrai savon de Marseille doit être composé à 72% minimum d’huile végétale. En général, il ne contient pas plus de 5 ingrédients. Préférez un savon de Marseille vert ou brun, fabriqué à partir d’huile d’olive. Le blanc ou jaune clair est à base d’huile de palme ou de coco. Évitez aussi les savons avec parfums et colorants.

Le bicarbonate de soude ou les cristaux de soude : ils ont des propriétés nettoyantes, blanchissantes, détachantes.

Le percarbonate de soude : pour la lessive du blanc, il redonne de l’éclat au linge blanc abimé ou qui jaunit.L

La recette maison

Personnellement la préparation de deux bouteilles de 1.5L me prend à peine 5 minutes et dure deux mois environ selon mon rythme de lavage ! Le meilleur ? Cela me revient a moins d’un euro la bouteille…! Il existe plusieurs recettes, des liquides, des solides… personnellement j’ai opté pour une lessive liquide (qui se dissout mieux pour mes lavages à froid) qui contient… 4 ingrédients seulement (dont de l’eau) !

Il vous faut :

  • 2L d’eau
  • 50g de savon de marseille (du vrai !) Achetez-le en copeaux ou râpez-le vous même !
  • 2 bonnes cuillères à soupe de cristaux de soude

Préparation :

  1. Faites bouillir l’eau
  2. Dans un grand fait-tout ou saladier, ajouter l’eau, le savon de marseille et mélanger doucement pour qu’il fonde
  3. Ajouter le bicarbonate/cristaux de soude
  4. Transvasez votre mélange dans un ou plusieurs contenants, de préférence en verre

Au niveau des doses, je le fais à l’oeil, mais j’utilise l’équivalent d’un bouchon de lessive par lavage.

Notez que sur internet des dizaines de variantes de cette recette sont disponibles, notamment certains qui remplacent les cristaux de soude par du bicarbonate, ou combinent les deux, ce qui est tout à fait possible. J’ai également vu des recettes qui mettaient davantage de savon de Marseille, mais j’ai trouvé que ma préparation était beaucoup trop dure, j’ai donc un peu réduit la quantité.

Je ne suis pas une professionnelle, j’ai tiré cette recette de recherches internet et je l’ai adaptée à mes besoins. 

IMPORTANT : Les huiles essentielles

La première version de l’article mentionnait l’utilisation d’huiles essentielles dans ma lessive. J’ai eu quelques retours m’indiquant la précaution à adopter avec ces dernières, que j’avais déjà mentionné dans l’article. Ainsi, si jamais vous souhaitez utiliser des huiles essentielles, notez plusieurs choses :

Une utilisation encadrée des HE

  • Il faut toujours vous renseigner sur l’utilisation de cette dernière et ses bienfaits via des sources fiables. Beaucoup d’HE ne s’utilisent pas directement sur la peau, peuvent être allergisantes, provoquer des réactions non désirées.
  • Les composés contenus dans certaines huiles peuvent être mal tolérés ou toxiques. Ce sont les terpènes (ex. térébenthine, genévrier, citron) et les cétones (ex. carvi, sauge, thuya, camphrier).
  • Les HE sont interdites aux jeunes enfants, femmes enceintes et animaux de compagnies, donc n’en mettez pas dans votre lessive si vous avez une grande et jeune famille ! Favorisez d’autres solutions naturelles (hydrolat, parfum séché dans les armoires…)
  • Les HE perdent leurs propriétés à partir de 30° environ et ne doivent en aucun cas être chauffées.

Les HE et l’environnement

  • Les huiles essentielles sont biodégradables mais certaines HE telles l’huile essentielle de menthe, sont très nocives pour les organismes aquatiques (et les chats).
  • Produire 1 ml d’huile essentielle nécessite 1 à 20 kg de fleurs, donc beaucoup de ressources, ce qui n’est pas un comportement éco-responsable.
  • Des solvants nocifs peuvent être utilisés pour leur extraction : préférez-les bio. 

Il faut donc rester prudent et n’utiliser l’aromathérapie qu’à bon escient, selon les recommandations d’un professionnel de santé. Si vous souhaitez plus d’infos sur les HE recommandées et déconseillées, cliquez ici.

Derniers conseils

  • Je vous conseille d’utiliser un récipient en verre car il vous offrira davantage de résistance, vous n’aurez pas de risque de perméabilité possible comme pour le plastique, et c’est aussi plus facile pour secouer la bouteille si la lessive se solidifie un peu
  • La lessive va se gélifier un peu, c’est normal. Si elle est vraiment trop compacte, vous avez sûrement mis trop de savon de Marseille : rajoutez alors de l’eau et secouez bien.
  • N’oubliez pas de favoriser les lavages à froid
  • Ne chargez jamais votre machine au maximum
  • Pensez à faire des lavages à vide de temps en temps pour nettoyer votre machine
  • Pour vos cycles de serviettes, torchons, draps etc, remplacez l’adoucissant par un petit bouchon de vinaigre blanc !

*
Alors, ça vous tente de vous lancer dans la fabrication de votre propre lessive vous aussi ? ♻️

2 Replies to “Danger sanitaire et écologique : qu’y a-t-il vraiment dans les lessives vendues dans le commerce ? Ma solution : la lessive maison 100% naturelle”

  1. Bonjour, est il possible d utiliser du savon fait maison ? Merci de votre réponse.
    Cordialement

  2. […] Le succès qu’a eu mon article sur la les dangers des lessives du commerce et comment faire sa lessive maison […]

Répondre à La gazette mensuelle #1 : coups de coeur, inspiration & recommandations – Minimal Trouble Annuler la réponse.