Prix des lecteurs du Livre de Poche : la sélection d’avril 2019

Sauvez-moi, Jacques Expert

Synopsis 

Après trente ans d’incarcération, Nicolas Thomas passe les portes de la centrale de Clairvaux. Il est enfin libre. Personne ne l’attend. Tout le monde l’a abandonné le jour où il a été reconnu coupable d’avoir assassiné quatre jeunes femmes dans des conditions terribles. Quelques jours plus tard, il disparaît. Et un nouveau meurtre est commis, en tous points semblables à ceux dont il a été accusé. Sophie Ponchartrain, commissaire divisionnaire à Paris, reçoit alors une étrange lettre signée par Nicolas, dans laquelle il nie être l’auteur des meurtres. Elle se conclut par ces deux mots : « Sauvez-moi ! »

sauvezmoi

Mon avis 

Je n’avais encore jamais lu un ouvrage de Jacques Expert, ce fut donc une découverte. L’intrigue est plutôt classique : un détenu qui sort de prison et des crimes similaires à ceux dont il était accusé reprennent, et la commissaire qui était en charge de son dossier à l’époque revient sur son cas.

Les pistes se brouillent lorsque la commissaire se révèle peu à peu extrêmement imbue d’elle-même, prête à s’arroger les lauriers de la réflexion de ses collègues – principalement de son assistante  qui suit l’enquête entre deux cafés apportés à sa chef. Le lecteur en vient à douter de la légitimité de son ascension professionnelle puisque tout repose sur les louanges reçues suite à la confession de Nicolas Thomas qu’elle a réussi à obtenir, contrairement à tous ses collègues passés avant, et qui a permis de le faire incarcérer. Mais la façon dont elle a obtenu ses aveux est pour le moins douteuse… Et qu’en est-il de ses sorties nocturnes mystérieuses ?

De l’autre côté, Nicolas Thomas s’évertue à clamer son innocence dans une correspondance unilatérale avec la commissaire. Est-il vraiment coupable ? Et quel est son lien avec Chambaraud ? Et le violeur des parkings ?

Une écriture simple et efficace qui reflète bien la personnalité et la façon d’agir de la commissaire Ponchartrain. Le récit patine un peu cependant, alourdit par de nombreuses répétitions – aussi bien stylistiques que narratives – et des  personnages qui peuvent rapidement tomber dans les clichés du genre : commissaire entêtée et cyclothymique qui ne vit que pour son travail et s’acharne sur un détenu de son passé sans raison apparente, une assistante dévouée et naïve, un juge opportuniste qui s’oppose aux méthodes policières, des suspects et anciens criminels grossiers, à la vie plutôt minables, très peu creusés…

A tout cela s’ajoute également – on aime ou on n’aime pas – le fait que l’histoire se déroule en 1990, le tout dans une ambiance très « policier à la française », qui me fait toujours un peu tiquer et me rappelle les feuilletons vieillis de l’époque.

« Sauvez-moi » est un roman policier que l’on peut lire en vacances, ou dans le métro, sans pour autant être dévoré par l’envie de savoir qui est vraiment coupable, ou non. Une histoire plutôt intéressante avec des crimes et des suspects qui se croisent, et une veille histoire de rancœur / vengeance qui se mélange à tout cela, mais très codifié, et sans grosse prise de risque : pas de coup de cœur de mon côté.

5/10

*

L’été circulaire, Marion Brunet

Synopsis

Une petite ville du Midi, ses lotissements, son quotidien morne et ses interminables jours d’été. Jo et Céline, deux sœurs de quinze et seize ans, errent entre fêtes foraines, centres commerciaux et descentes nocturnes dans les piscines des villas cossues de la région. Trop jeunes encore pour renoncer à leurs rêves et suivre le chemin des parents qui triment pour payer les traites de leur pavillon.
Mais quand Céline tombe enceinte, c’est le cataclysme. Comme elle refuse de livrer le nom de son amant, la rage du père se libère, sourde et violente, tandis que la jeune sœur tente de s’extraire du carcan familial et que la mère assiste, impuissante, au délitement de sa famille. Jusqu’à l’irréparable.

été circulaire.jpg

Mon avis

Nommé grand prix 2018 de Littérature Policière, j’avais quelques attentes pour cet ouvrage même si le synopsis ne m’emballait pas franchement.

Pour certains un livre « coup de poing », pour moi, une véritable déception. J’ai peiné à lire cet ouvrage, j’ai même pausé ma lecture avant de reprendre, pensant peut-être que les conditions dans lesquelles j’avais débuté ma lecture n’étaient pas optimales… Mais rien n’y a fait. Je n’ai pas su le terminer.

L’été circulaire est un roman qui m’a fait penser à un cross-over entre le parler cru et vif de Virginie Despentes (dont je n’aime pas beaucoup les romans déjà) et l’ambiance très 90s, estivale, jeunesse insouciante et poisseuse de La Blessure de François Bégeaudeau (une autre lecture que j’ai détesté). Un combo très mauvais dès le départ.

Le parler cru d’ados perdus tentant d’échapper à leur vie, le cliché de la jeune fille qui tombe enceinte sans vouloir parler du père, le tout dans un tourbillon de violence et une atmosphère poisseuse davantage alourdie par de vagues réflexions sur la pauvreté, le racisme… N’ayant pas terminé le livre, je ne saurai en dire plus ! Une grosse déception malgré le peu d’attentes pour ce roman.

2/10

*

Cette sélection du mois d’avril pour le prix polar du Livre de Poche fut compliquée car j’ai vraiment peu apprécié les deux livres, pour autant le choix fut tout de même facile, bien que ce fut davantage un vote « contre » que « pour ». Rendez-vous dans quelques semaines pour une sélection plus fournie : 3 livres en mai !

 

Laisser un commentaire