Les étonnants pouvoirs des couleurs sur nos émotions et nos comportements au quotidien

 

« Être vert de jalousie », « être blanc comme un linge », « broyer du noir », « voir la vie en rose »… couleurs et émotions sont intrinsèquement liées dans notre langage. Plus encore, il se trouve que les couleurs influencent notre humeur : certaines ont le pouvoir d’augmenter notre concentration, de nous apaiser, de nous rendre plus résolus, tandis que d’autres stimulent notre appétit ou peuvent augmenter notre niveau de stress !

Comment cela fonctionne ?

Scientifiquement parlant, lorsque la lumière frappe un objet, cet objet en réfléchit une partie et absorbe le reste. Un objet donné absorbe certaines longueurs d’ondes de lumière plus que les autres, et c’est cela qui détermine la couleur de l’objet. Ainsi, lorsque nous voyons une couleur, l’information visuelle reçue via la rétine est transformée en signal électrique puis transmise au cerveau. Ainsi, selon la couleur, l‘information transmise au cerveau sera différente, et donc nos interprétations et notre ressenti de celle-ci également.

Par le passé, les civilisations égyptiennes et chinoises donnaient des vertus soignantes aux couleurs, ainsi que la capacité à favoriser certains états de conscience. Par exemple le rouge pour les égyptiens était symbole de vie, de victoire, mais aussi de la colère des dieux comme Seth ou Apophis.

Aujourd’hui, la couleur est devenue un outil précieux dans le neuromarketing : les marques sont bien conscientes des effets des couleurs sur les consommateurs. Par exemple de nombreuses marques de cosmétiques ont décidé de passer à un éventail de couleur vert pour évoquer la nature, le bio, la santé… sans pour autant être en réalité bénéfiques ni pour l’environnement, ni pour l’homme. C’est ce qui s’appelle le greenwashing. De même, le rouge est également beaucoup utilisé car cette couleur marque l’attention, symbolise le pouvoir et l’intime, et peut susciter des achats impulsifs. Quant au violet, il symbolise la féminité, la magie, et on le retrouve souvent dans les emballages de cosmétiques !

En plus de leurs effets sur les consommateurs, les couleurs sont aussi soigneusement choisies par les marques afin de marquer l’imaginaire collectif et de se distinguer auprès d’eux, notamment dans le domaine du luxe par exemple. Et cela peut générer de sacrés bénéfices : le patron de Google Angleterre s’est penché sur la question et en changeant les liens cliquables en bleu a permis de générer 200 millions de dollars de plus.

‘Si la matière grise était plus rose, le monde aurait moins les idées noires. »

Pierre Dac

Le rouge, bon pour la mémoire, mais amplificateur d’émotions

Le rouge est bien connu comme couleur de l’amour, de la passion, mais aussi de l’urgence. Porter du rouge, c’est également perçu comme une affirmation de sa position de pouvoir, c’est d’ailleurs pour cela que de nombreuses personnalités politiques en portent ! Le rouge est ainsi une couleur pleine d’énergie dont il ne faut pas forcément abuser car s’il est présent en trop grande quantité, il peut vite nous fatiguer.

Des études ont également montré que cette couleur favorise la mémoire à court terme, et permet d’augmenter l’attention : « lorsqu’une tâche intellectuelle est compliquée les couleurs vives semblent stimuler l’activité des neurones », expliquent les chercheurs. Elle est aussi utilisée pour améliorer les performances dans un cadre compétitif, comme dans le sport, notamment, où elle peut intimider l’inconscient des adversaires ! En effet, dans la lutte greco-romaine par exemple, depuis 1896 et le début des JO modernes, 67% des combats ont été gagnés par les lutteurs portant du rouge. Même résultats en taekwondo, ou encore avec les trois équipes de football d’Angleterre qui portent du rouge !

Le bleu et le vert nous calment

A l’inverse du rouge, lorsqu’il s’agit de retenir ses leçons ou d’apprendre par coeur ce sont les couleurs bleu et vert qui mettrait le cerveau dans un environnement calme et serein plus propice à l’apprentissage. Keith Jacobs, de l’Université de l’Illinois, a d’ailleurs démontré que le bleu pouvait faire diminuer notre pression artérielle, notre rythme cardiaque et respiratoire. Ainsi, le bleu est idéal pour la chambre, favorisant une meilleure qualité de sommeil. Cette couleur est également conseillée aux artistes car elle favorise l’imagination et la créativité. Sa contrepartie est qu’il peut nous pousser à l’introspection plutôt qu’à la communication, et il a été démontré qu’il peut réduire l’appétit, il est donc déconseillé pour les emballages alimentaires.

Le vert a les mêmes vertus. Cette couleur nous renvoie également à un univers plus naturel, de paix, et de tranquillité, d’où les fameuses bibliothèques vertes (et leurs lampes emblématiques !). Dans les années 50, la marque Procter & Gamble a fait tester à des ménagères trois fois la même lessive, mais avec des paillettes de couleur jaune, bleu, ou rouge dedans. Résultats : non seulement les femmes ne se sont pas rendu compte qu’il s’agissait de la même lessive qu’elles testaient, mais elles ont affirmé que la lessive avec des paillettes jaunes n’était pas assez efficace, celle avec des paillettes rouges était au contraire trop agressive pour le linge, par contre, la lessive aux paillettes bleues était non seulement efficace, mais elle permettait au linge de sentir bon le frais ! Et des résultats similaires ont été découverts en faisant le test avec des paillettes vertes !

Le rose apaise

Les émotions ressenties et les jugements que nous faisons suite à ces ressentis peuvent être fortement affectées par notre environnement et sa palette. En effet, Leonard Weller et Randy Livingston, de l’Université Bar-Ilan à Ramat Gan en Israël, ont présentés plusieurs scénarios forts (meurtres, viols…) à des étudiants. Après chaque lecture, les sujets devaient remplir un questionnaire en s’imaginant à la place d’un juge, et ils devaient dire ce qu’ils pensait de l’accusé et de la colère ressentie face à son crime. Les questionnaires étaient soient de couleurs rose, bleue, ou blanche.

Les résultats des sujets ont montré que les émotions les plus faiblement ressenties étaient avec les questionnaires roses. Cela permet d’ailleurs de faire un renvoi intéressant sur l’association de la couleur rose aux petites filles, voire aux femmes : ne l’associe-t-on pas à ces dernières car cette couleur évoque justement les qualités que l’imaginaire collectif prête à la féminité – et que la société attend d’elles qu’elles manifestent -, comme la douceur, la politesse, la courtoisie ?

Le violet représente la spiritualité

Le violet tout comme le rose apaise. Il évoque la spiritualité, la féminité, la sensibilité, l’imagination, la sagesse, la magie.

Le jaune symbole de vie et d’optimisme

Le jaune est une couleur solaire qui procure de l’énergie et encourage l’optimisme. C’est une couleur chaleureuse qui rassure et rend joyeux. D’ailleurs, elle nous permet de nous ouvrir davantage aux autres, car elle favorise la communication et nous aide à prendre des décisions. Par petites touches, le jaune et l’orange sont propices à la concentration car ils facilitent l’apprentissage et l’organisation. Porter un bijou de couleur or peut aussi être une solution pour générer de l’énergie tout au long de la journée !

Le blanc, une couleur neutre ? Pas tant que ça…

Le blanc est une couleur classique, utilisée partout et pour tous. Pourtant, un environnement blanc pourrait nous rendre plus apathiques. Rappelons également que le blanc pour près de la moitié de la population du globe est associée au deuil. D’ailleurs, dans plusieurs études, il a été démontré qu’un environnement de travail où la couleur blanche domine a pour résultat un taux d’erreurs le plus important, une fatigue plus grande des employés, ainsi qu’un taux de productivité moins fort. De plus, d’autres études ont carrément tracé un lien entre burn-out et environnement achromatique ; en effet, le blanc est source d’ennui et de mélancolie au travail car il rend les salariés moins productifs et créatifs.

Pour aller plus loin

Pour quelques idées et conseils déco afin d’associer ces couleurs dans vos espaces, cet article donne quelques pistes de réflexions, la première étant d’utiliser les couleurs sans excès, mais plutôt avec l’idée de parsemer son environnement pour le sublimer tout en boostant certains aspects de notre personnalité selon l’objectif désiré.

Jean-Gabriel Causse, écrivain et designer français, s’est également spécialisé dans la couleur. Il l’aborde non seulement d’un point de vue esthétique mais aussi en tenant compte des influences qu’elles peuvent avoir sur nos perceptions et nos comportements. Il est notamment l’auteur de L’étonnant pouvoir des couleurs, et a donné un TedEx passionnant à regarder ici.

Enfin, un autre ouvrage complet de la sociologue Eva Hellor est à recommander pour creuser ce sujet passionnant : Psychologie de la couleur : Effet et symboliques.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.